D_termination_du_sexe_1

"

-----Le sexe d'un oiseau ou d'un mammifère est déterminé, lors d ela fécondation, par des chromosomes spéciaux dits sexuels. Tous les vertébrés n'ont pas de tels chromosomes ; le sexe est parfois déerminé plus tardivement, au cours du développement ou de la croissance ; certains poissons changent même de sexe à l'état adulte, en fonction de leur rang social ou du milieu. Chez les reptiles, la détermination sexuelle est soit fixée génétiquement, soit en fonction du milieu. Chez les crocodliens, la plupart des tortues et quelques lézards, la température d'incubation de l'embryon est le principale facteru de détermination du sexe, c'est ce qu'on appelle la détermination thermique du sexe. Le simple fait de modifier ou de contrôler la température d'incubation permet d'obtenir à volonté le sexe ou la sex ratio recherchés.

-----Ches les crocodiliens, la détermination thermique du sexe a été signalée pour la première fois en 1982 chez l'alligator d'Amérique, après incubation artificielle des oeufs à température constante en laboratoire et étude de nids sur les côtes de la Louisiane. Entre 32°C et 34°C on obtient des mâles, entre 28°C et 30°C des femelles ; à des températures intermédiaires, les deux sexes en proportion variable. On explique ainsi certains résultats surprenants en matière de sex ration chez les alligators de Louisane. Dans la nature 60 à 80 pour 100 des jeunes alligators récoltés sont des mâles, alors que dans les fermes ils ne représentent que 10 à 25 pour cent. Dans ce cas, il est clair que c'est l'incubation artificielle à basse températurequi a donné une majorité de femelles.

-----Jusqu'à présent, ona montré l'existence d'une détermination thermique du sexe chez cinq espèces de crocodilidés et trois d'alligatoridés. Comme tous les crocodiliens sont dépourvus de chromosomes sexuels, il est probable que la détermination thermique du sexe sera donfirmée chez toutes les espèces. N"anmoins, il y a d'importantes différences dans le type de détermination sexuelle des diverses espèces. Dans tous les cas, seules des femelles sont produites à des températures basses. Chez els crocodiles, les températures élevées donne aussi, surtout ou seulement des femelles, les mâles provenant d'incubations aux température intermédiaires. Chez l'alligator d'Amérique et le caïman commun, seuls des mâles sont produits aux fortes températures. Ces différences spécifiques sont importantes pour la gestion des populations car les programmes de protection ou d'exploitation doivent être fixés en fonction de chaque espèce.

-----Chez toutes les epsèces, de faibles écarts de température (0.5°C à 1°C) donnent des sex reatios très différentes. La période critique de sensibilité thermique correspond à la première moité de la période d'incubation. L'endroit où la femelle édifie son nid et le moment où elle pond ont donc une grande importance sur la sex ratio des nouveau nés. Une femelle qui édifie son nid fait souvent des "nids provisoires" et semble choisir l'emplacement définitif avec grand soin, les critères thermiques jouant probablement un rôle majeur dans le choix du lieu et le mode de construction. En Louisiane, certains alligators édifient leurs nids-monticules sur des dingues chaudes, d'autres dans des marais plus frais. Les nids "chauds" produisent surtout des petits mâles, le snids "froids" des femelles. Dans l'Inde méridionale, les nids du crocodile des marais édifiés tôt dans al saison donnent surtout des femelles, parce que la température du sol est fraîche ; plus tard, quand la température du sol a augmenté, les nouvean nés sont surtout des mâles.

-----Il n'est pas surprenant que lse nouveau nés d'un nid soient généralement du même sexe, mais les températures d'incubation à l'intérieur du nid peuvent différer assez pour donner des mâles en surface et des femelles en profondeur, ou l'inverse. En dépit de la variété des habitats et du climat, les conditions d'incubation sont très voisines pour toutes le sespèces, qu'elles construisent des nids monticules ou qu'elles creusent leur nid. Pendant les deux à trois mois d'incubation, la température des oeufs dépend beaucoup des conditions climatiques. La sécheresse et les basses eaux entraînent des températures d'incubations élevées, les pluies et les hautes eaux des températures plsu basses. Dans la nature, le ssex ratios sont le plus souvent fortement biaisées en faveur des femelles, mais elles fluctuent d'une année à l'autre. On conçoit qu'un changement de climat pourrait conduire à la surproduction d'un des sexes et à l'extinctions de l'espèce. Mais les crocodiles représentant un groupe fort ancien et le fait qu'ils aient survécu jusqu'à nos jours plaide contre un scénario aussi simpliste.

"

Jeffrey W. LANG

Crocodiles, Alligators et Caïmans de Encyclopédie Visuelle d'édition Bordas