"

-----Le crocodiliens offre un mélange de caractère primitifs (oeufs à coquille calcifiée) et de caractères évolués (par exemple, présence d'un palais séparant les cavité buccale et nasale, d'un coeur à quatre cavités et d'un diaphragme analogue à celui des mammifères). Une telle combinaison fait de cet animal un modèle très utile pour les études biomédicales humaines.

-----Les recherches menées sur des embryons d'alligator d'Amérique ont mis en évidence des malformations spontanées presque toujours fatale, à l'exception de quelques anomalies légères, par exemple dans la pigmentation. Parmi les malformations le splus importantes on trouve la Spina bifida  (malformation de la partie caudale de canal rachidien), la microphthalmie (yeux de petite taille) et l'anophthalmie (absence d'yeux), l'hydrocéphalie et la gémellarité incomplète. Une étude minutieuse montre que ce sont, comme chez l'homme, les très jeunes et les très vieilles femelles qui produisent le taux le plus élevé d'anomalies. Le pourcentage des malformations naturelles chez ses femelles peut être modifié en chageant leur régime alimentaire : celles qui se nourrissent de poisson donnent plus de malformations que celle dont le régime est riche en viande rouge, car le premier régime est pauvre en vitamines liposolubles comme vitamine E et en éléments comme le sélénium (le régime alimentaire de la mère est égalementes essentiel dans les malformations humaines.

-----Les conditions du milieu pendant l'incubation peuvent elles aussi entraîner des malformations spontanées. En général, les embryons incubés aux températures limites (29°C à 34°C) présentent ne forte proportion de malformation ou de retards de croissance (individus nains). La déshydratation de soeufs exerce aussi des effets délétères sur le développement embryonnaire ; l'incubation à des températures extrêmes entraine des malformations comme la scoliose ou la duplication des membres.

-----Il est à présent bien établi que la température d'incubation détermine le type de pigmentation de l'embryon. Les embryons d'alligator incubés à 33°C ont une rayure de plus que les témoins incubés à 30°C. Le mécanisme de cette modification de pigmentation est lié à la plus grande taille de l'embryon (incubé à une température plus forte) au moment où son corps est parcouru par l'onde d epigmentation.

-----Comme le sembryons d'alligator sont plus faciles à manipuler que les embryons humains, ils constituent un bon modèle pour les recherches biomédicales portant sur les mécanismes moléculaire de la différentiation sexuelle, sur les malformations à la naissance et sur le développement embryonnaire. On peut diriger et suivre le développement d'un embryon alligator, soit en l'explantant et en le maintenant dnas les conditions de culture stérile, soiten ôtant le tiers supérieur de la coquille et en incubant l'oeuf dans un incubateur stérile. Cette dernière méthode assure le développement normal de l'embryon, qui peut être observé, filmé et manipulé tout au long de ce développement, ce qui impossible chez les mammifères. De plus, en combiannt ce mode d'incubation avec le prélèvement par microchirurgie des cellules qui auraient normalement donné la mandibule (mâchoire inférieure), on obtient des embryons dépourvus de mandibule et de langue mais dont le palais est normal ; on peut ainsi filmer le développement et la femerture du palais comme à l'état normal. Ces études du développement du palais sont les premières jamias menées chez un animal. Ces malformations (embryons dépourvus de mandibule et de langue) sont communes et fatales.

"

Mark W.J. FERGUSON
Crocodiles, Alligators et Caïmans de Encyclopédie Visuelle d'édition Bordas